ORDRE INFIRMIER Un décret pervers

 

Depuis la loi de 2006, instaurant la mise en place de l’ordre professionnel des IDE, les gouvernements n’ont jamais pu réellement contraindre ces professionnels de santé plus nombreux dans le salariat que dans le libéral, à adhérer à l’ordre.

Très rapidement les IDE, soutenus par la CGT se sont élevés contre cette loi, qui les oblige à payer pour travailler.

Malgré la demande de la CGT, la loi n’a jamais été abrogée. Sans décret d’application, elle a plutôt été mise « en sommeil ».

Il fallait bien un gouvernement MACRON, pour faire ce que les autres n’avaient pas encore osé faire. Le décret est donc paru le 10 juillet 2018.

 

La perversité de ce texte réside en le fait qu’il oblige les employeurs à envoyer périodiquement (1 fois/trimestre) les coordonnées personnelles (nom, prénom, adresse personnelle, date de naissance, mail… des IDE, au mépris de tout respect de leur vie personnelle et de la démocratie, les employeurs devenant en quelque sorte des délateurs. Ceux-ci sont également considérés dans l’illégalité puisqu’ils emploient des salariés non-inscrits à l’ordre.

Dès l’envoi de ces coordonnées, l’ordre enverra par mail aux professionnels concernés, toute une liste de documents à fournir, pour régulariser leur situation. En attendant la réception du dossier complet, les professionnels concernés seront inscrits provisoirement, à l’ordre.

L’envoi des documents est inscrits dans le décret, comme une obligation de plus, mais chacun a la liberté de communiquer par mail ou par courrier, d’avoir internet ou pas ! ! !

D’AUTANT PLUS QUE LE MINISTERE NE DONNE AUCUNE ASSURANCE DE LA PROTECTION DES DONNEES INFORMATIQUES.

Comme tous les ordres professionnels,une cotisation est subordonnée à l’inscription.

Dès le début, pour son « bon » fonctionnement, l’ordre professionnel des IDE a vu très grand. Mais comme il n’a jamais pu réellement fonctionner, il s’est très vite endetté. Aujourd’hui, les créanciers demandent leur dû.

Ne vous y trompez pas  :

la cotisation annuelle de 30 €est volontairement basse (75 €pour les libéraux). Mais, ce n’est qu’un début, une sorte de prix d’appel. La dette devant rapidement  être épongée, aucun doute que cette cotisation va très vite augmenter. Dès que l’ordre sera assuré que les quelques 528 000 IDE salariés et les 110 000 libéraux seront inscrits.

En ce qui concerne la défense de la profession, l’ordre a déjà démontré son insuffisance. Notamment en matière de défense de la pénibilité.

 

QUELLE EST LA DIFFERENCE ENTRE

  • UN ORDRE PROFESSIONNEL

S’inscrire à un ordre est une obligation.

La cotisation est obligatoire, et son montant n’est ni négociable, ni déductible des impôts

C’est payer pour travailler.

C’est payer pour être doublement sanctionné  : par l’ordre et par l’employeur

C’est le corporatisme, l’individualisme

  • ET UN SYNDICAT

La CGT est composée de professionnels, venant de divers métiers

L’adhésion est facultative

La cotisation reste à la discrétion du syndiqué, et est déductible des impôts.

Adhérer à la CGT c’est adhérer à un collectif qui travaille à la défense de chacun pour le bien de tous.

La CGT existe depuis plus de 100 ans, et a un passé glorieux. Elle a toujours combattu la délation. Elle intervient toujours en faveur des salariés.

La CGT combat toutes les lois et décrets qui enfreignent la liberté et la démocratie.

La CGT a manifesté son opposition à la mise en place des ordres professionnels, elle était d’ailleurs aux côtés des kinésithérapeutes.

  • QUEL EST LE DANGER DES ORDRES PROFESSIONNELS ?

Le repli sur soi-même, sur sa profession uniquement.

La mise en concurrence des professionnels.

La mise en place d’un ordre par métier.

La disparition des syndicats professionnels.

Contrairement aux médecins (dont l’ordre existe depuis la fin du 19ème siècle), les infirmiers n’ont aucune autonomie, puisqu’ils travaillent sur prescription médicale.

C’est pourquoi, la CGT dénonce la mise en place de cet ordre.

Comme la CGT ne peut pas vous demander de vous mettre hors la loi, et puisque employeurs et salariés sont embarqués dans la même galère

La CGT demande à l’UGECAMIF d’ouvrir rapidement des négociations sur la prise en charge des cotisations liées à l’inscription à un ordre professionnel

ETES-VOUS PRETS A VOUS METTRE EN ORDRE DE BATAILLE ET A APPUYER LA DEMANDE DE LA CGT ? ? ?

TRACT ORDRE IDE novembre 2018

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *